photo de l'inauguration d'un laboratoire de l'INRB installé à l'aéroport de Ndjili le samedi 31 octobre.

A partir du 31 octobre dernier, tout passager arrivant sur le sol congolais a été soumis au test COVID19 à l’aéroport d’entrée. Ainsi en a décidé le gouvernement congolais après observation de la flambée des cas COVID importés. Cependant, comment est organisé ledit test dans les aéroports de la Rdc ? Les reporters de www.sante.cd premier site congolais d’actualité sanitaire tentent d’y apporter de la lumière.

A l’aéroport International de Ndjili, le Ministre de la Santé Eteni LONGONDO y a installé officiellement un laboratoire où se feront les prélèvements ainsi que les analyses des données des passagers étrangers.

En effet, à la descente d’un aéroplane, le passager présentera son passeport aux équipes de la riposte contre la Covid19. Il sera ensuite conduit vers un stand où se font les prélèvements. Bien avant son prélèvement, le passager déboursera une somme de 45$ à l’État congolais.  

Les identités complètes de chaque passager seront enregistrées dans une base des données. 

Une fois que le prélèvement est fait, le passager est libéré pour rentrer chez lui. Les résultats ne sont disponibles que deux jours après. 

Cette procédure à laquelle sont soumis les passagers ne prend pas plus de 30 min. Le gouvernement congolais y a déployé une grande équipe des agents de l’Institut National de Recherche Biomédicale qui y travaillent jusque tard pour ne rater aucun voyageurs étrangers et éviter que le pays sombre dans la deuxième vague de coronavirus. 

Image des agents de la riposte installés à l’aéroport de Ndjili

A la question de savoir pourquoi les passagers sont-ils obligés de rentrer chez eux pour obtenir les résultats deux jours plus tard ? 

Les responsables interviewés nous ont clairement dit que c’est difficile pour le gouvernement congolais de gérer tous ces passagers qui viennent de l’étranger. Cela implique un budget colossal que l’État congolais n’a malheureusement pas.  

Signalons aussi que l’État congolais n’a toujours pas validé l’usage des tests rapides. Ce qui justifie aussi ce deadline de deux jours. 

Comment trouvez-vous cette mécanique des tests pour les voyageurs étrangers ? 

Laissez-nous un petit commentaire sur le sujet.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici