Accueil Recherche scientifique Défis de la santé publique en RDC : des maladies persistantes à la lutte insuffisante

Défis de la santé publique en RDC : des maladies persistantes à la lutte insuffisante

0
Défis de la santé publique en RDC : des maladies persistantes à la lutte insuffisante

La République démocratique du Congo est confrontée à une lourde charge de maladies transmissibles et non transmissibles qui menacent son développement socio-économique. Parmi les maladies transmissibles, le paludisme, la tuberculose et le VIH/SIDA demeurent prépondérants, avec des conséquences alarmantes pour la population.

En 2021, le paludisme a continué de sévir avec approximativement 1,3 million de cas signalés et 2 293 décès. Bien que la lutte contre cette maladie soit une priorité, les efforts déployés jusqu’à présent n’ont pas permis d’atteindre les objectifs de la Stratégie technique mondiale pour le paludisme. La tuberculose aussi continue de frapper avec une incidence de 154 cas pour 100 000 habitants, tandis que le taux de mortalité a légèrement augmenté depuis 2015.

Le VIH/SIDA représente un problème de santé encore plus grave compte tenu de sa nature incurable. En 2003, l’ONUSIDA estimait à 1,1 million le nombre de personnes vivant avec le VIH, pour une prévalence de 4,2 % chez les adultes. La situation est exacerbée par des déplacements massifs de réfugiés et de soldats, le coût élevé et la rareté des transfusions sanguines sûres dans les zones rurales, un manque de centres de conseil et de dépistage du VIH, et une disponibilité limitée des préservatifs en dehors de Kinshasa.

En parallèle, les maladies non transmissibles (MNT) telles que les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques, le cancer et le diabète prennent également de l’ampleur. La mortalité standardisée selon l’âge pour ces quatre MNT majeures était élevée, atteignant 777 pour 100 000 chez les hommes et 656 pour 100 000 chez les femmes en 2021. Bien que des politiques de lutte contre les MNT aient été mises en place, notamment en ce qui concerne le tabac et la pollution, d’autres indicateurs de progrès restent insuffisants.

Ces défis de santé publique requièrent une mobilisation continue et renforcée de toutes les parties prenantes, tant au niveau national qu’international, afin d’implanter des stratégies efficaces et durables pour améliorer la santé et le bien-être des Congolais.

article par la rédaction de sante.cd

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici